L’économie du livre autoédité

Lorsqu’on fait le choix de l’autoédition, en plus d’être auteur et éditeur, il faut également être un peu comptable. Je vous donne ici quelques bases pour bien calculer vos investissements.

Le coût du pré-presse

Lorsqu’on décide d’autoéditer son livre soi-même, le coût du pré-presse peut être nul (en exceptant le temps investi). En revanche, si vous faites relire, corriger et/ou mettre en page votre ouvrage, si vous commandez une couverture, vous devrez comptabiliser ces coûts comme investissement. Ceux-ci sont variables en fonction du degré de travail demandé, du prestataire et du volume de l’ouvrage. Il est donc difficile de vous indiquer des données chiffrées. Sachez que certains prestataires vous donneront un prix à la page, d’autres au mille de signes. Enfin, pour une couverture, si vous fournissez images et textes, il vous en coûtera en moyenne 150 euros.

Le coût de l’impression

L’impression constitue un investissement important qui varie en fonction de différents facteurs :
– le format du livre, c’est-à-dire ses dimensions,
– le nombre de pages,
– le papier choisi,
– le type d’impression : noir ou couleurs, numérique ou offset,
– et surtout le chiffre de tirage, c’est-à-dire le nombre d’exemplaires imprimés.
Vos aptitudes de comptable seront ici mises à rude épreuve ! Je vous conseille en effet de demander des devis pour différents chiffres de tirage et/ou formats. Cela vous permettra de déterminer la combinaison la plus économique.

Les coûts annexes

Ils ne sont pas négligeables. Il s’agit du coût de réalisation et de distribution de l’eBook si vous faites ce choix. Il faut y ajouter celui de la promotion : publicité payante, envoi de spécimen à des blogueurs ou à la presse, impression de marque-pages, gestion de site web, frais de déplacement sur des salons… Enfin, ne mésestimez pas le temps nécessaires pour un bon référencement sur les plateformes de distribution telles qu’Amazon, Cultura, Fnac, etc.

Le prix du livre

Tous ces calculs se révèlent indispensables afin d’établir le prix de vente du livre. En effet, la somme de tous ces coûts divisée par le nombre d’exemplaires imprimés va vous permettre de calculer le prix de revient d’un exemplaire.
Je vous conseille d’ajouter quelques euros à ce chiffre pour arrêter le prix de vente de votre livre. Pourquoi cet ajout ? Parce qu’il faut toujours penser aux quelques exemplaires invendus, aux coûts que vous auriez négligés, à une opération promotionnelle supplémentaire… Le but de tout cela reste que l’opération, à défaut de vous rendre riche, soit un minimum rentable. Enfin, vous pouvez vous pencher sur le prix de vente d’ouvrages du même gabarit en librairie pour être certain que vous êtes au « prix du marché ».

Si vous avez des questions sur les coûts ou les obligations légales liées à la vente de livres, n’hésitez pas à les poser en commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *