Dans quelles conditions écrivez-vous ?

Les méthodes d’écriture varient d’un auteur à l’autre. Il est donc difficile de dire qu’il existe une recette miracle permettant d’être productif tout en faisant de la qualité. Je vous propose cette semaine une petit tour d’horizon des questions que peut se poser un auteur débutant, car même si vous êtes un peu plus expérimenté, vous pourrez y trouver des pistes de réflexion ou d’amélioration de vos propres techniques. Mon métier impliquant que j’écrive régulièrement (des articles, des chroniques, des nouvelles), j’en profite aussi pour vous livrer un peu de mon expérience en termes d’écriture.

Clavier ou stylo ?

Les auteurs ne se posent pas toujours la question. La plupart du temps, lorsqu’ils décident de se mettre à l’écriture, ils utilisent le moyen qui leur est le plus naturel. Certains seront donc plus à l’aise pour écrire sur leur ordinateur, voire sur leur tablette, tandis que d’autres auront besoin de prendre leur stylo. Chaque technique possède ses avantages et ses inconvénients.

Ainsi, si vous choisissez d’écrire sur un carnet, il faudra ensuite saisir le texte à l’ordinateur pour le soumettre à un éditeur ; en revanche, le fait de taper le texte va vous permettre de relire, corriger les fautes, modifier certaines tournures de phrases, bref, d’obtenir une version revue.

De même, si vous rédigez le texte sur ordinateur (voire sur un drive pour écrire depuis votre tablette ou votre smartphone), vous gagnez du temps, vous pouvez maîtriser l’équilibre des chapitres en vérifiant en temps réel le nombre de signes, vous pouvez contrôler la cohérence du récit grâce aux outils que vous aurez directement à votre disposition. Le danger de ce système réside dans son immédiateté : on peut avoir tendance à ne pas suffisamment prendre son temps, à lâcher du texte au kilomètre en produisant beaucoup de déchet (la main sur le papier étant souvent plus lente, elle laisse à l’esprit plus de temps pour formuler les choses). Le travail de correction en est ensuite accru.

Bien entendu, je n’aborde pas ici la question des sauvegardes : chacun sait qu’elles sont indispensables. Les cloud viennent à présent à notre rescousse en limitant les risques de perte mais il faut alors être vigilant concernant le piratage…

Mon choix s’est porté depuis toujours sur le papier et le stylo. Je suis hyper maniaque sur ce point : cahier à spirales ligné format A5 et bic cristal bleu sont indispensables. Je peux ainsi les emporter partout et écrire dans toutes les circonstances. En revanche, cela ne s’applique que pour les récits d’imagination. Pour rédiger cet article de blog, j’écris directement sur ordinateur par exemple et cela est aussi valable pour d’autres types d’écrits (critiques littéraires, récits personnels, etc.).

Environnement studieux ou écriture nomade ?

Le choix de l’environnement va aussi influencer votre écriture. On peut décider de s’isoler dans un bureau, de travailler avec une musique en fond sonore ou en silence, de n’écrire que lorsqu’on est seul, d’écrire où que ce soit, voire entouré de beaucoup de gens… Le moment peut également varier : uniquement pendant les vacances, toute l’année mais seulement le matin, une heure par jour impérativement ou au milieu de la nuit. Chacun a ses tocs, ses besoins spécifiques. Le tout reste de trouver le(s) lieu(x) et le(s) moment(s) qui vous conviennent, ceux qui vous permettent d’être le plus productif et surtout d’écrire les textes de la meilleure qualité. De nos jours, les nouvelles technologies permettent d’écrire partout et à tout instant : un smartphone ou un stylo bille, et vous pouvez jouer à l’écrivain ! Il était plus compliqué de se balader avec sa machine à écrire ou sa plume et son encrier autrefois. Alors profitez-en pour tester les conditions qui vous parleront.

J’ai découvert depuis longtemps que je peux écrire à peu près à n’importe quel moment de la journée mais que j’ai besoin d’être isolée et au calme pour cela. Du coup, j’écris lorsque je suis seule chez moi la plupart du temps. Mais je suis aussi capable d’écrire dans une salle d’attente, dans un train ou dans le métro (je l’ai longtemps fait) : je ne suis certes pas seule, mais anonyme au milieu de gens qui se fichent de ce que je fais. En revanche, je n’écris pas sur commande. Je ne peux pas me dire que je dois écrire x pages chaque jour et m’y atteler de force : il faut que le récit ait mûri dans ma tête, que je sois dans des conditions idéales et détendue. C’est alors que j’envie les auteurs capables de rédiger des pages quelles que soient les circonstances et sans laps de temps entre chaque épisode du récit.

Plan et fiches personnages ou improvisation ?

Certains vous diront qu’il est indispensable de prévoir un plan avant de se lancer dans l’écriture à proprement parler. D’autres ne jurent que par l’improvisation et se laissent porter par leur histoire. Là encore, les avantages et les inconvénients existent pour les deux méthodes.

Le plan permet de maîtriser la structure du récit, l’équilibre des chapitres, de prédire le comportement des personnages. Les fiches personnages sont un outil précieux pour éviter les incohérences dans le récit. Mais parfois, l’écriture, c’est aussi un espace de liberté et d’imprévu : en calibrant tout, en prévoyant et en cadrant, vous ne permettez pas à votre imagination de vous surprendre. C’est pourquoi certains auteurs, une fois qu’ils ont arrêté leur choix sur une idée, partent un peu à l’aventure, au risque que l’histoire prennent une tournure inattendue ou que leurs personnages ne réagissent pas comme ils l’auraient souhaité.

Les deux choix sont respectables et il s’agit vraiment de préférence personnelle. Si vous éprouvez le besoin d’établir un guide, faites-le, mais si vous vous sentez entravé par un plan, laissez faire vos doigts sur le clavier pour voir où cela vous mènera. Ou mieux : mixez les méthodes !

Personnellement, c’est ce que j’ai tendance à faire. J’écris au fil de l’eau, mais une fois mes personnages créés, j’établis une fiche pour chacun afin de ne pas me tromper ensuite dans les descriptions ou dans leur histoire, je note aussi la chronologie des événements et le déroulement des chapitres afin de me rendre compte de la structure qui se met en place et de la corriger au besoin. Le mieux est de tester afin de trouver l’équilibre qui vous convient.

Vous l’aurez compris à travers cet article, il n’y a pas de méthode à suivre absolument pour être certain de réussir son projet d’écriture. Certains pourront croire qu’en appliquant la méthode Amélie Nothomb ou la technique Stephen King, ils parviendront à leurs fins à tous les coups. Peut-être, peut-être pas ! Nous sommes tous différents face à la vie, alors pourquoi en irait-il différemment face à l’écriture ? En écoutant vos propres besoins, vous aurez beaucoup plus de chance de réaliser le livre qui vous ressemble, celui dont vous aviez rêvé. Alors, quelles sont vos méthodes d’écriture ? Qu’envisagez-vous de changer ? Partagez ici votre expérience et vos questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *